Rechercher
  • Vincent

LA PYRAMIDE DU DEVELOPPEMENT AU CROSSFIT

LA « PYRAMIDE » DU DEVELOPPEMENT AU CROSSFIT




Vous avez peut-être déjà vu cette pyramide. Que signifie-t-elle ? Pourquoi cette hiérarchie entre les différents éléments ?

Rien de bien sorcier dans le décryptage de cette pyramide, mais comme les mots utilisés sont en anglais, on voit parfois en France des interprétations un peu à côté de la plaque.

· La forme pyramidale implique une hiérarchie entre les éléments : si la base est négligée, les éléments supérieurs en pâtiront. La forme pyramidale implique également, comme on vous l’a déjà dit, que pour progresser, il faut faire les choses dans l’ordre.

· La base de la base pour votre progression, avant même votre entrainement, est l’alimentation. Certains principes de bases de la nutrition ont été évoqués dans la newsletter de la semaine précédente. Si vous ne soignez pas votre alimentation, vous vous condamnez à être sous performants.

Et si vous êtes quand même bons avec une alimentation négligée (comme c’est parfois le cas quand on est jeune, ou alors qu’on a un excellent système digestif, mais ni l’un ni l’autre ne durent éternellement), alors vous pourriez tout simplement être encore bien meilleurs en soignant votre alimentation. Une alimentation chaotique, c’est plus de fatigue, ainsi qu’une moins bonne récupération, et donc non seulement de moins bonnes performances et des progrès plus lents, mais aussi un risque accru de blessure.

· Vient ensuite le conditionnement métabolique (ß MetCon si vous n’aviez pas fait le lien) : c’est-à-dire grosso modo votre cardio, votre capacité à agir avec intensité, et sous fatigue. C’est aussi, par extension, votre capacité à récupérer d’un effort.

Plus vous progressez dans ce domaine, et moins vous vous sentez mal après un effort, plus vous arrivez à produire vite un même effort, plus vous arrivez à soutenir longtemps la même intensité. Pourquoi considère-t-on le cardio comme plus essentiel que les autres aptitudes (haltéro ou gym) ?

D’une part, c’est tout simplement parce que le cardio conditionne notre capacité à utiliser nos compétences en gym ou haltéro. Si vous avez par exemple beaucoup de force mais aucun conditionnement métabolique, la moindre source de fatigue (effort préliminaire ou même par exemple simplement la chaleur) viendra considérablement dégrader votre capacité sur le moment à utiliser votre force. Vous avez déjà surement tous constatés en WOD des gens costauds qui n’arrivent pas à soulever des barres qui « normalement » sont faciles pour eux. Ce n’est pas un manque de force, c’est un manque de cardio.

D’autre part, on considère le cardio comme la base de l’entrainement, car c’est aussi ce qui vous servira très probablement le plus dans votre quotidien. Pour la grande majorité, on n’a pas souvent au quotidien le besoin de soulever des charges bien lourdes, par contre on a tous besoin, par exemple, de monter des escaliers.

· Au-dessus du conditionnement métabolique se place la gymnastique et au-dessus l’haltérophilie et les lancers. (ß d’ailleurs le seul vrai exercice de lancer au CrossFit sont les wall ball)

Pourquoi dans cet ordre ? Cela ne signifie pas que la gymnastique est une discipline plus importante que l’haltérophilie. Il faut simplement ici interpréter la gymnastique comme l’ensemble de tous les exercices qu’on pratique au poids du corps, et interpréter l’haltérophilie et les lancers comme l’ensemble de tous les exercices qu’on effectue avec des charges externes. On comprend ainsi mieux l’ordre établi : il est préférable de d’abord être à l’aise avec la maîtrise de son propre corps, et ensuite de s’intéresser à la maîtrise de charges externes.

Cela reste évidemment théorique, car selon votre gabarit, vous aurez naturellement plus de facilité soit en gymnastique (si vous êtes plutôt menu), soit en haltéro (si vous êtes plutôt corpulent)

· Le sommet de la pyramide est le « sport ». C’est là qu’on voit le plus de bizarrerie dans les traductions françaises, car oui, toutes les étapes précédentes sont déjà du sport… Il faut simplement comprendre « sport » au sens de « compétition » : lorsque toutes les bases précédentes sont maîtrisées, alors on peut chercher à soumettre notre condition physique au test et à l’épreuve des compétitions. A la base, le CrossFit a une approche assez élitiste de la compétition : n’est légitimement compétiteur que celui qui maîtrise déjà de manière solide toutes les bases. Avec le développement de compétitions bien plus accessibles, cette pyramide est donc de fait remise en cause, mais n’en reste pas moins pertinente.

Bonne soirée à tous,

Vincent

26 vues

Posts récents

Voir tout